Madagascar repense la formation de ses journalistes

 

En marge des élections présidentielles prévues en mai et juillet 2013 à Madagascar, les débats s’enchaînent sur la possibilité de mettre en place une formation continue des journalistes. Le constat des observateurs de la presse malgache est sans appel : les acteurs médiatiques ne sont pas bien formés. La réflexion sur le sujet est menée par le département interdisciplinaire de formation professionnelle (DIFP) et le projet FOCOJ (Formation continue au journalisme).

mada 1

A Madagascar, 70% des journalistes n’ont pas reçu de formation professionnelle qualifiante. Ce chiffre éloquent traduit parfaitement la situation alarmante de la profession au sein de l’« île rouge ». Diverses études ont été menées sur le thème de la formation au journalisme et les conclusions sont unanimes: l’île située dans l’océan Indien a un besoin urgent de journalistes capables de s’adapter au développement du pays. Avec l’aide de l’UNESCO, le département interdisciplinaire de formation professionnelle (DIFP)  tente de régler ce problème. Un Master spécialisé pourrait voir le jour à l’université d’Antananarivo.

Dans cette perspective de formation, des séminaires ont été organisés en janvier 2013 et octobre 2012 pour débattre de la profession de journaliste. L’échéance des élections présidentielles, prévues en mai et juillet 2013, oblige le pays  à se pencher sérieusement sur la question de ses médias.

« Les acteurs des métiers médiatiques méritent une attention particulière »

Le professeur Rabaovololona, directeur du DIFP et responsable du projet FOCOJ (Formation continue au journalisme),  s’est confié sur l’état des lieux du journalisme malgache dans les colonnes de Midi Madagasikara: « Les études menées récemment par des groupes de chercheurs nationaux ou mixtes dont le FOCOJ lui-même, confirment que les acteurs des métiers médiatiques méritent une attention particulière si on veut que le journalisme puisse assumer de manière optimale sa mission dans le processus de développement de notre pays

mada é

(Crédit: Tribune Madagascar)

Dans un contexte de transition politique, un pool de compétence a été mis en place par le FOCOJ et des objectifs ont été définis. Le rôle des journalistes (droits et devoirs) en période d’élections a été débattu tout comme la question de la déontologie. Des spécialistes des Nations Unies étaient présents pour rappeler les textes électoraux aux 44 journalistes malgaches venus assister au séminaire. Les rédacteurs en chef ont par la suite signé une charte d’engagement pour la couverture de la période électorale. Dans un pays en plein changement démocratique, les médias essayent aussi de jouer leur rôle de manière responsable et éthique.

Article rédigé par Victor Chini